Le Baptême de Jésus


Jésus commence sa vie publique après avoir été baptisé dans le Jourdain par saint Jean-Baptiste (cf. P 3, 13). Il quitta Nazareth, jusqu’à ce qu’il atteigne Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, et se rendit chez Jean pour se faire baptiser. Pur, libre de tout péché, il voulait se faire baptiser volontairement par un baptême destiné aux pécheurs pour « accomplir toute justice » (Mt 3, 15) et comme un geste de solidarité, afin que, suivant ses traces, nous fassions de même.  Jean, cependant, s’est opposé à baptiser Jésus en disant : « Je suis celui qui a besoin de vous pour me baptiser ! » (Mt 3, 14) ; mais sur l’insistance continue de Jésus, Jean consentit et baptisa Jésus dans le Jourdain. Ce geste de Jésus dans le Jourdain est une manifestation de son anéantissement.

L’Esprit qui planait au-dessus des eaux dans la première création, descend sur Jésus, comme prélude à une nouvelle création, les cieux ont été ouverts et l’Esprit a été vu sous la forme d’une colombe qui est descendue sur Jésus et juste là dans le Jourdain le Père manifeste que Jésus est son « Fils bien-aimé » (Mt 3, 16-17). Ainsi, dans le Jourdain, Jésus, plongé dans l’eau, a indiqué le chemin spirituel initial. À partir de ce moment avec la personne du Fils de Dieu, le Jourdain n’est pas n’importe quel fleuve puisqu’il acquiert le caractère de l’eau sacrée, anticipant ainsi l’eau de notre baptême qui est pure et pleine de l’Esprit qui ravive et donne une vie nouvelle aux âmes des gens en tout lieu et en tout temps.

Rio de la caja reparto papa

Obtenez de l’eau réelle du Jourdain

Lugar del bautismo de Jesús, a orillas del Jordán. Foto: Wikipedia / Producer (CC BY-SA 3.0)

Plus tard, de Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, Jésus a déclaré la bonne nouvelle de Dieu en disant : « Le temps est accompli et le Royaume de Dieu est proche ! Alors repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle de Dieu ! (Mc 1, 15).

Ils sont venus à Jean de toute Jérusalem, de Judée et de toute la région autour du Jourdain    pour recevoir le baptême de conversion, préparant ainsi le chemin du Messie et le nouveau baptême d’eau et d’esprit : « Après moi vient celui qui baptise de l’Esprit Saint et du Feu » (Mt 3, 11). Après le baptême, Jésus a commencé sa vie publique, les gens l’ont reçu chaleureusement et beaucoup ont afflué vers lui des villes et villages environnants. Les malades lui ont été amenés, il les a guéris et beaucoup de gens ont cru en lui.

Puis Jésus se retire de l’autre côté du Jourdain et du désert, au-dessus de Jéricho, quarante jours pour jeûner et prier. Il retourna plus tard à Jérusalem où il vécut sa Pâque et les événements de sa passion, de sa mort et de sa résurrection suivirent.

Histoire


1. Avant Jésus

Depuis la Genèse, le Jourdain avait une importance particulière pour l’histoire du salut : « Lot leva les yeux et vit toute la vallée du Jourdain, toute irriguée, ils étaient comme le jardin du Seigneur, comme l’Égypte, jusqu’à ce qu’il atteigne Soar. Il choisit donc Lot pour lui-même toute la vallée du Jourdain, et se déplaça vers l’est. (Genèse 13, 10-11).

Il est clair que Dieu a donné au pays de Jordanie un aspect salvifique et plein de bénédictions spéciales.

2. Moïse

Au stade de l’exode vers la Terre Promise, le Jourdain conserve sa pertinence, à la fois pour guider les gens vers la Terre Promise et pour la conquête de nouvelles terres.

Dans les steppes de Moab, dans la prairie du Jourdain, alors que les Israélites campaient, Dieu ordonna à Moïse un recensement et entre Moïse et le prêtre Eléazar ils calculaient qui ils étaient et à quoi ressemblerait la distribution de la Terre Promise. (Cf. nombres 26, 63). Les terres d’une partie du Jourdain    ont été distribuées, sans traverser l’autre partie du fleuve : à Ruben le sud, à Gad le centre, au milieu de Manassé au nord du pays de Basaan.

Les soldats espéraient traverser la rivière pour conquérir l’autre partie du pays au combat; après avoir instruit les soldats et donné la bénédiction à Josué, Moïse a escaladé le mont Nébo et du haut a vu la Terre Promise: Au nord la couronne blanche du mont Hermon qui est recouverte de neige presque toute l’année, en dessous vous voyez le Jourdain qui se jette dans la mer Morte; de l’autre côté de la rivière, vous pouviez voir Jéricho,  vous pouviez voir Hébron, Jérusalem, Bethléem et

3. Josué

Après la mort de Moïse, Josué, le fils de Nonne, traversa avec les Israélites la Terre Promise. Et ils ont campé sur la rive du Jourdain où ils ont vu les bénédictions de Dieu et l’accomplissement des promesses. « Josué s’est levé tôt le matin, ils ont quitté Sittim et sont venus au Jourdain, lui et tous les Israélites. Ils y sont restés la nuit avant de passer. “(Josué 3, 1, ss).

Dans cette même histoire sacrée, il est montré comment l’Arche d’Alliance avec son ombre fait un signe de salut pour le peuple du Jourdain et les Israélites ont traversé ce fleuve sur la terre ferme, lui donnant ainsi un sens salvifique et libérateur :

« Quand les gens ont quitté leurs tentes pour traverser le Jourdain, les prêtres ont porté l’arche de l’alliance à la tête du peuple. Et dès que ceux qui portaient l’arche arrivaient au Jourdain, et que les pieds des prêtres qui portaient l’arche touchaient la rive des eaux, et que le Jourdain descendait à ras bord tout le temps de la moisson, les eaux qui descendaient d’en haut s’arrêtaient et formaient un seul bloc à une grande distance, à Adam, la ville qui est à côté de Sartan, tandis que ceux qui sont descendus vers la mer d’Arabah, ou mer de sel, séparés par complet, et les gens sont passés devant Jéricho. Les prêtres qui portaient l’arche de l’alliance de Yahvé restaient fermes, secs, au milieu du Jourdain, tandis que tout Israël passait à sec, jusqu’à ce que tout le peuple ait fini de traverser le Jourdain. » (Cf. Josué 3, 14-17).

4. Élie et Élisée

Mais peu de temps après être entrés en Terre Sainte, les gens se sont détournés de l’adoration de Dieu et ont commencé à adorer des dieux étranges. Dieu a envoyé de nombreux prophètes pour les ramener à la vraie croyance en son unité et en l’respect de ses commandements. L’un des prophètes les plus célèbres était Élie, qui vivait à l’époque du règne du roi Achab en Israël. Achab et sa femme ont opprimé Élie, et quand Élie a grandi, Dieu l’a inspiré à partir et à s’installer dans ce qui est maintenant la Jordanie. Il est ensuite parti avec son successeur désigné, Elisée, qui a poursuivi son esprit et son message. Quand ils atteignirent le Jourdain, Élie le frappa avec son manteau et sépara les eaux du fleuve. Lui et Élisée traversent la rivière jusqu’à la terre ferme, et alors qu’ils parlaient ensemble de l’autre côté de la rivière, un char de feu vint et emmena Élie au ciel. (2ème Rois : 2).

 

Le nord du pays peut se vanter d’être la patrie du prophète Élie, qui, avant d’être emmené au ciel, traverse le Jourdain à pied sec avec Élisée : « Ils se tenaient tous les deux près du Jourdain. Élie prit son manteau, le retroussa et frappa les eaux, qui se divisaient d’un côté à l’autre, et ils passèrent tous les deux sur un pied maigre. (2 Roi 2,7-9) ; là, dans le Jourdain, il s’est manifesté que l’Esprit de Dieu accompagnait Élisée après Élie (cf. 2 Rois 2, 13-15).

5. Jean-Baptiste

Encore une fois, des centaines d’années ont passé et Jean-Baptiste est apparu à Béthanie (Bayt ‘Anya) de l’autre côté du Jourdain (Jean 1 :28 et Jean 10 :40). Il a continué sur le chemin de la foi et a pris le message de Moïse, représentant de la Sainte Loi, et d’Élie, représentant des prophètes de l’Ancien Testament (Luc 1 :17). Jean était le dernier prophète à la manière des prophètes de l’Ancien Testament et le premier prophète du Nouveau Testament. Il a appelé le peuple à se repentir en préparation de l’arrivée du Christ, le Rédempteur, et a commencé à baptiser dans le Jourdain et les sources environnantes. Le baptême qu’il administrait était un symbole de repentance et de croyance en Dieu. Fuyant les autorités à cause de ses sermons, il traversa le Jourdain. La Bible dit que les gens affluaient vers Jean de Jérusalem, de Judée et des régions environnantes du Jourdain pour se faire baptiser. Jésus a rendu visite à Jean ici.

Ainsi, les Juifs de Jérusalem envoyèrent des scribes et des pharisiens demander à Jean, et Jean leur dit : “Je ne suis pas le Messie, je ne suis qu’une voix criant dans le désert et disant : “Redressez le chemin du Seigneur”, comme l’a annoncé le prophète Isaïe. “ (Jean 1 : 23-24).

REDÉCOUVERTE


Comment s’est-il perdu ?

Le site du baptême était un important lieu de pèlerinage depuis l’époque de Jean-Baptiste. Même après sa mort, beaucoup de ses étudiants sont restés dans la région qui était le berceau du christianisme. Des églises ont été construites près du site, les moines vivaient dans des grottes et les pèlerins visitaient le site.

Cette tradition s’est poursuivie jusqu’au 14ème siècle environ. Avec la défaite du pouvoir des croisés et l’affaiblissement des Byzantins, le site a été négligé et la région est revenue sous le contrôle des tribus locales. L’est du Jourdain n’était plus un endroit sûr où aller, et sans garantie de sécurité, le pèlerinage sur le site est devenu de moins en moins fréquent, puis pratiquement arrêté.

La découverte de la carte de Madaba

Un érudit de Jérusalem a découvert la carte de Madaba [dans l’actuelle Jordanie de Madaba] en 1897. Cette carte était une mosaïque du 6ème siècle représentant une carte du Moyen-Orient au 6ème siècle.  La découverte et l’analyse ultérieure de la carte ont conduit à un regain d’intérêt pour l’emplacement exact du site du baptême. Les pèlerins ont commencé à retourner dans la région à l’est du Jourdain dans l’espoir de trouver des indices sur l’emplacement du site.

Le 20ème siècle et nos jours

Un Bédouin local, Shaykh Salih Yacoub, se souvient des pèlerins chrétiens qui visitait la région dans les années 1920 (alors que la région était sous domination ottomane) et de la construction d’une église.

 

La Première Guerre mondiale, la chute de l’Empire ottoman, la Seconde Guerre mondiale, puis le conflit israélo-palestinien avec les guerres de 1948, 1967 et 1973 ont fait du site du baptême une zone interdite pendant la majeure partie du siècle.

À notre époque, des milliers de pèlerins du monde entier viennent dans ses eaux animés par la foi et avec le désir d’avoir une expérience spirituelle élevée : certains reçoivent le sacrement du baptême, d’autres renouvellent leurs vœux et beaucoup d’autres viennent avec le désir de recevoir ses attributs purificateurs, guérisseurs et libérateurs.

Le 20ème siècle et nos jours (suite)

Le 20ème siècle et nos jours (suite)

Nous avons aussi des témoignages de guérison dans la Bible dans les eaux de ce fleuve, lorsque le prophète Élisée ordonne à Nahaman de se baigner pour être guéri de la lèpre : « Va me baigner sept fois dans le Jourdain et ta chair sera saine et purifiée » (cf. 2 Re 5, 1-14).

 

En outre, le Jourdain   est un fleuve sacré pour les religions abrahamiques : juifs, musulmans et chrétiens, puisque son caractère sacré est donné non seulement par ses citations dans les textes sacrés, mais aussi parce qu’il représente la dernière étape pour conquérir la Terre Promise, il a été vu d’une manière aussi miraculeuse que la même traversée de la mer Rouge, ces derniers temps, Jésus a été baptisé là-bas et après lui les premiers chrétiens de notre temps.

Pendant de nombreuses années, il a été utilisé comme un environnement frontalier militarisé à la frontière jordanienne, cependant, sa visite est à nouveau possible en raison des pourparlers de paix et d’un traité signé qui permet la visite de pèlerins, d’archéologues, de photographes et de touristes.